Les taux d’emprunts immobiliers atteignent leur plus bas historique

En mai, le taux d’intérêt moyen pour un prêt immobilier était de 1.07 % d’après les chiffres mensuels de l’Observatoire Crédit Logement.

Ce taux représente un plancher historique, en effet jamais les emprunteurs n’ont eu à payer si peu d’intérêts pour acquérir un bien immobilier. « Malgré l'incertitude ambiante et la reprise de l'inflation, les banques continuent de soutenir la demande de crédits immobiliers des particuliers avec des conditions de crédit attractives », précise l'organisme dans un communiqué publié mardi.
 
Toujours d’après l’Observatoire, depuis début 2021, le taux d’emprunt a maintenu un recul pour tous les niveaux de rémunération et toutes les durées. Les foyers possédant un profil moins avantageux dans l’obtention d’un crédit ont même pu bénéficier d’une baisse très rapide des taux pour des crédits de 25 ans (- 23 points de base pour ces ménages, contre - 6 points de base pour les ménages les plus aisés.)
 
Néanmoins, seuls les foyers qui disposent d’un important apport personnel peuvent accéder aux prêts immobiliers : « Le taux d'apport personnel moyen est de plus de 20% supérieur à son niveau de décembre 2019, lorsque le marché était au zénith et le taux d'apport au plus bas », ajoute Crédit Logement CSA.
 
Dans le même temps, la durée moyenne des crédits s’est stabilisée à son maximum jamais atteint (236 mois). Cette tendance valide un type de déformation du marché du crédit initié par les banques pour permettre à la majorité des foyers d’obtenir un crédit.
 
L’augmentation de la durée des crédits permet en effet « d'absorber les conséquences de la hausse des prix des logements qui se renforce au fil des mois », mais aussi de conserver le taux d’effort. Conséquence, la part des crédits de plus de 20 ans représentent plus de la moitié de la production de prêts.
 
Depuis le début du mois de mars, l’observatoire a remarqué une forte reprise de l’activité du marché immobilier, qui s’est confirmé au mois d’avril (+10 % chaque mois). Cependant, en raison des ponts, en mai l’activité est retombée (-10%). Cette hausse permet en réalité seulement de combler le vide laissé en 2020 à la même période.

Source : Les Ecos