Les grands gagnants du Grand Paris

Le projet du Grand Paris Express, qui prévoit de créer 68 nouvelles gares, quatre nouvelles lignes de métro (15,16,17 et 18) et d’en prolonger quatre autres (4,11,12 et 14), soit 200 km de rails, a pour but de connecter et faire rayonner 1300 communes d’Ile-de-France. Certaines d’entre elles, situées à la lisière de Paris, voient le prix de leur valeur immobilière véritablement exploser. C’est le cas de villes comme Issy-les-Moulineaux qui attire les habitants du 15ème arrondissement, et dont le m² atteint une moyenne de 8 621€. On peut citer également Saint-Ouen (+ 18% en un an) et Saint-Denis (+ 7%), autres grands gagnants du projet, qui seront reliés par la ligne 14 à l’été 2020. D’autres villes tirent également leur épingle du jeu, comme la ville des Lilas (+12%) qui va profiter du prolongement de la ligne 11 du métro, et plusieurs outsiders sur lesquels il va falloir miser : Clamart (+20%), Drancy (+17%), Nanterre (+17%), Athis-Mons (+15%) et Aubervilliers (+11%). On peut remarquer dans ces villes que la demande est de plus en plus croissante et les délais de vente raccourcissent. Cette tendance de fond s’explique surtout par les prix prohibitifs pratiqués à Paris, qui obligent les acquéreurs à se tourner vers la banlieue.

Si cet effet mirifique impacte certaines communes, d’autres au contraire voient leurs prix chuter : Rueil-Malmaison (-10%), Chaville (-6%), Viry-Châtillon (-4%), et Bagneux (-3%). « Dans le cas de Rueil Malmaison et Chaville, il s’agit d’un effet de régulation de marché, puisque ces deux villes avaient fortement augmenté dans un premier temps. Elles subissent donc un rééquilibrage naturel » selon Fabrice Abraham directeur général de Guy Hoquet. Concernant Viry-Châtillon et Bagneux, cette baisse peut s’expliquer par leur manque d’attractivité intrinsèque.
 
Enfin, plusieurs villes pâtissent d’une stagnation de leurs prix comme Vanves avec une moyenne de 5 799€/m², Argenteuil (2 362€), Sevran (2 032€), qui ne verront pas le supermétro avant 2024. Les premiers bénéficiaires du projet seront donc ceux dont les stations de métro ouvriront à l’horizon 2020. Mais pour Fabrice Abraham, les écarts devraient se réduire avec le temps selon sa prédiction « Un peu comme le baron Haussmann a reconstruit Paris au XIXe siècle, en passant de douze à vingt arrondissements, le Grand Paris permettra à l’Est de rattraper son retard ».

Voir nos programmes neufs immobilier en Ile de France autour du Grand Paris